Règlements
Officiels

Historique

Notre fédération regroupe 4 ligues régionales et compte en son sein plusieurs méthodes de joute. Toutes sont issues du patrimoine culturel et ancestral des régions, souvent lié aux activités fluviales et maritimes.

Sport convivial et traditionnel, la joute, la barque et la rame traditionnelle sont représentatives d’activités populaires et festives profondément encrées dans le folklore et l’histoire des riverains de fleuves et du littoral de mer.

Canalisateurs d’énergie, ces sports allient la joie des sports nautiques et estivaux à la maîtrise de l’effort pour vaincre son adversaire. C’est tout un langage propre à ces disciplines, tout un panache de musiques traditionnelles que vous rencontrerez autour des bassins, lorsque les fiers chevaliers du tabagnon vont mouiller leur adversaire.

 

Convivialité, liesse populaire et aussi respect des traditions et de ses adversaires, endurance et volonté. Autant de qualités humaines qui forment aujourd’hui la richesse du caractère bien trempé de ces athlètes.

La fédération crée en 1971 regroupe toutes les régions de France, ce sport est ouvert à tous, avec des encadrements spécifiques pour les plus jeunes (école de sport) mais aussi des compétitions ouvertes aux jeunes filles. Et tous, ces sportifs, jeunes et moins jeunes, filles et garçons peuvent venir s’épanouir parmi nous.

NOTRE FÉDÉRATION DE SES ORIGINES A CE JOUR...

 

L'étude de l'histoire de la Fédération Française de Joutes et Sauvetage Nautique nous ramène à la fin du XIXe siècle en raison de la création à cette époque d'une Fédération dont on retrouvera l'influence jusqu'en 1971.

 

Il est nécessaire de souligner qu'au 19e siècle, dans la plupart des cités riveraines de nos fleuves et de nos rivières existaient de sociétés de sauvetage.

Les cours d'eau peu aménagés sortaient très souvent de leur lit et les eaux envahissaient les bas quartiers des villes et villages peu protégés. Il était alors nécessaire de porter secours aux habitants, à leur cheptel, et à leurs bien quelquefois pendant de longues périodes. C'est alors qu'intervenaient les sociétés de sauvetage dont les membres étaient bien de véritables sauveteurs sachant parfaitement manier un bateau et aussi nager .

En dehors des périodes de crues, le rôle des sauveteurs demeurait important. Un très grand nombre d'hommes, de femmes et d'enfants travaillaient sur l'eau, dans les bateaux, les chantiers de réparation, les moulins à eau, les lavoirs, etc... Souvent des accidents se produisaient et les sauveteurs devaient intervenir avec leurs barques ou tout simplement en nageant.

Les sociétés de sauvetage étaient nombreuses et d'une grande utilité. Il semble que les joutes avaient surtout à l'époque un rôle de divertissement. Dans le cadre de fêtes elles permettaient aux sauveteurs, éventuellement à quelques autres privilégiés non membres de la société, de s'affronter sur les bateaux au milieu de leurs familles et de la population venues pour les encourager .

Le 27 mars 1899 était fondée à Paris, l'UNION FÉDÉRALE DES SOCIÉTÉS FRANÇAISES DE NATATION ET DE SAUVETAGE. Cette association fut déclarée le 20 juillet 1901. Par décision de son assemblée générale du 27 décembre 1905 elle modifiait son titre et devenait FÉDÉRATION NATIONALE DES SOCIÉTÉS DE NATATION ET DE SAUVETAGE.

Les statuts étaient signés pour le conseil d'administration par :

-le président A. MESSIMY, député de la Seine

-les vice-présidents : Ch. DELONCLE, député de la Seine, BELLAN, syndic du Conseil Municipal de Paris A. PITET, professeur d'éducation physique ,fondateur de la Fédération, POULAILLON ,fondé de pouvoir du bureau de bienfaisance de Lyon.

 

Subventionnée par l'État, le Conseil Municipal de Paris et le Conseil Général de la Seine cette fédération avait pour but de " Poursuivre avec les différentes sociétés , la vulgarisation de l'enseignement de la natation, des sports nautiques, des exercices de sauvetage et de secours public " Cette Association était appelée couramment par les clubs adhérents: la Fédération Pitet du nom de son fondateur qui assisté de son épouse la dirigeait avec beaucoup d'autorité .La plupart des sociétés de sauvetage et de natation eurent ainsi soit directement , soit par comité régional interposé, la possibilité de se fédérer .

 Dans la région lyonnaise fut déclarée le 21 Novembre 1908 la Fédération des sociétés de Sauvetage natation joute et Sport Nautique du Sud-est, appelée communément Fédération du Sud-est et affiliée à la Fédération Pitet. Elle avait pour but " de grouper toutes les sociétés sportives... afin de poursuivre avec plus de succès l’œuvre commune de vulgarisation de la natation... ". Ce souci de développer la natation est encore présent mais on remarque que le terme joute a été introduit dans le titre de cette Fédération marquant une position nette en faveur de la pratique de ce sport fort prisé dans la région. Elle compte 30 clubs affiliés en 1920.

De très grandes fêtes étaient organisées à cette époque par les sociétés locales sous l'égide des deux fédérations. Durant trois journées, samedi, dimanche et lundi avaient lieu des concours de natation, de navigation, d'ambulanciers, de sauvetage, de cliques, des matches de water Polo, et des joutes le tout agrémenté de fêtes vénitiennes, de retraites aux flambeaux, de feux d'artifice et de bals.

 

La natation et le sauvetage tenaient une place importante dans ces manifestations.

La fédération Pitet semblait peu concernée par le sport joute, des reproches fréquents lui étaient formulés à ce sujet, tant par les clubs du Comité Nord que par ceux du comité Sud (du Lyonnais).

 

Chacun de ces comités organisait son propre championnat de France qui se déroulait entre les seuls jouteurs de la région concernée.

Au début des années 50 les dirigeants du Comité Nord proposèrent l'organisation d'un seul championnat. Visant une valorisation du championnat de France cette pro position fut adoptée et la première finale commune eut lieu à Tournon en 1953.

 

VOYONS COMMENT ÉVOLUÈRENT LES SOCIÉTÉS DE JOUTES AU SEIN ET AUTOUR DE CETTE FÉDÉRATION
 

On joutait à Paris au début du vingtième siècle en méthode Lyonnaise. En 1909 se créa à l'initiative des frères Spelle un groupement appelé Union des Jouteurs de l'Oise ayant pour objet la pratique des joutes lyonnaises avec des lances de 6 mètres " à bout ferré " alors que jusqu'à cette date n'étaient connues dans cette région que les joutes Parisiennes utilisant des lances courtes " à bouts capi- tonnés ". D'autres sociétés suivirent cet exemple.


L'ensemble de ces clubs de la région Parisienne, cinq .semble-t-il, l'AC Boulogne/Billancourt, l'US des Jouteurs de Saint Loup à Orléans, l'Union des Jouteurs de l'Oise à Pont l'Évêque et la Société Nautique de Vigneux, formèrent à une date que nous n'avons pas pu situer exactement, le comité Nord des Joutes Lyonnaises rayonnant sur deux zones. la zone Parisienne et la zone Ile de France.

ENFIN LA RECONNAISSANCE MAIS...

Il fallut arriver au 13 mars 1960 pour apprendre au cours d'une réunion du comité Nord que le gouvernement venait enfin de reconnaître la joute comme un sport. Des appréhensions demeurèrent cependant et Monsieur Gallat estima devant la Commission Nationale le 5 février 1961 que la FNS n'accordait pas à la joute toute l'importance qu'elle méritait et s'inquiéta de la manière dont serait traité ce sport si Madame Pitet devait abandonner son poste de secrétaire générale. Il formula l'exigence que la commission nationale de joute soit représentée par 6 membres, 3 pour la zone Nord, 3 pour la zone Sud au Comité directeur de la F.N.S.

A partir de ce moment les événements s'accélèrent sous la pression du mécontentement grandissant des responsables de la joute qui ne se sentent pas chez eux à la Fédération Pitet et qui aspirent à leur autonomie.

Le 22 mars 1964 un courrier de Monsieur Gallat invoque l'impossibilité pour les représentants du sud de se rendre à la commission nationale en raison du coût trop élevé.

Après plusieurs années de dialogue difficile  le 22 novembre 1964 les comité Nord et du Lyonnais sont rassemblés à la Brasserie Provençale 4 rue de Lyon à Paris, Messieurs Gallat, Nicollin Marcel, Chabroud et Vernet pour le Sud, Pothier, Poitoux, Tétard, Turbeaux, Jassert, Pierre, Ledanois et Caron pour le Nord débattent longuement et décident la création d'une Fédération dénommée: FÉDÉRATION FRANÇAISE DE JOUTE ET SAUVETAGE NAUTIQUE. Une consultation des sociétés dans la région lyonnaise avait donné 2 voix contre sur 43 réponses. La majorité était écrasante en faveur de cette initiative.

La FFJSN serait composée de deux ligues, du Lyonnais comprenant 5 districts et de Paris comprenant 3 districts. Un comité directeur provisoire est mis en place avec: M . Gallat Président, M. Nicollin Marcel Vice-Président, M, Caron, Vice-Président, MM, Chabroud et Poitoux Secrétaires, M. Pothier, Trésorier .

 Enfin en date du 21 Avril 1971 le secrétariat, chargé de la Jeunesse et des Sports donne sous le N° 69.5.64 son agrément à la FFJSN dont le siège est situé place Frédéric Mistral à Condrieu dans le Rhône, avant d'être transféré 33 rue Bossuet à Lyon.

 

 

LE CHEMINEMENT EN PROVENCE

Dans les régions méditerranéennes où se pratiquent des joutes selon des méthodes différentes, des problèmes se posaient également. Partout se manifestait le désir de se rencontrer. Dans chaque secteur les jouteurs souhaitaient l'organisation de championnat permettant la confrontation entre de nombreux sportifs.

Sur toute la Côte entre Cannes et Port Saint Louis, les joutes se pratiquent de très longue date soit sur la mer soit sur des étangs. En 1947 Raymond Bonifay était Président de la Société de Joute de Saint Chamas.

Raymond Bonifay comprit qu'il était souhaitable de mettre au point un début d'uniformisation de ce matériel et une réglementation que tous les jouteurs devraient respecter .

Pour atteindre ce but il proposa en 1954 l'organisation du challenge et du trophée des jouteurs de Provence. Les sportifs devaient être licenciés, un règlement précis fut rédigé, des arbitres mis en place. Ces épreuves patronnées par Ricard, Butagaz et Noailly-Prat firent la conquête des jouteurs et du public. Elles permirent d'élever le nombre de pratiquants de St Chamas à soixante. Elles ouvrirent à la création d'une Commission Nationale des joutes provençales, sorte de Comité Régional de la Fédération nationale de Sauvetage (Fédération Pitet à laquelle donnèrent leur adhésion).

Sur la cote du Languedoc de Pallavas à Béziers s'est déroulé  un processus très semblable.

Les sociétés tout d'abord indépendantes et isolées se sont  regroupées au sein de la Fédération des joutes Languedociennes avant 1958. Ensuite fut organisée l'Union des sociétés de Joutes Languedociennes de 1959 à 1963, par Monsieur Henri Bénor de Mèze. En 1963 à e ce qui s'était passé en Provence, un groupement naquit sous le titre de Commission Nationale de joutes Languedociennes. Cette Commission avait son siege a Mairie d'Agde. Présidée par Monsieur Victor Pouget elle était adhérente à la FNS {Fédération Pitet).

UNE FEDERATION OUVERTE A TOUTES LES LES METHODES

En 1972 la Commission Nationale de Joute Provençale adhérait à la Fédération Française de Joute et de Sauvetage nautique.

En janvier 1973 la Commission Nationale de Joutes Languedocienne suivait le même chemin.

En réunion restreinte, Messieurs Stento, Agugliaro, et Pouget décidaient de rencontrer les jouteurs de Provence et les dirigeants de la FFJSN. Cette réunion eut lieu à Arles le 18 février et le 22 février les huit sociétés présentes décidaient de leur adhésion à la Ligue Provence Côte d'Azur -Languedoc et à la FFJSN. Monsieur Raymond Bonifay devenait président de cette nouvelle Ligue qui fonctionnait sur la base de deux comités, l'un pour la Provence Côte d'Azur, le second pour le Languedoc. Après deux années d'expérience et en raison des différences existant entre les deux méthodes, il s'avéra nécessaire de créer deux ligues.

La FFJSN se composa alors de quatre ligues:
RHONE ALPES -PICARDIE - PROVENCE COTE D'AZUR et LANGUEDOC ROUSSILLON.

La ligue Picardie devait devenir par la suite: ligue Nord de Loire.

La rupture avec la Fédération nationale de Sauvetage était dès lors consacrée. La F.F.J.S.N. devenait en pleine autonomie la Fédération Nationale dans laquelle pourront se retrouver toutes les méthodes de joutes.

 

 

La FFJSN fut présidée par Monsieur Louis Gallat de sa création à 1971. Monsieur Marcel Nicollin assuma cette responsabilité avec beaucoup de dynamisme de 1972 à 1977. Monsieur Louis Nicollin ,son fils à son tour a été élu au poste de président depuis 1978, jusqu'en 2017. Madame Anne Lise Perret lui a succédé

 

 

Sources : 

Les joutes languedociennes - Hélène Trémaud
Les joutes provençales - Hélène Trémaud

Procès verbaux de la Ligue du Nord de Loire Procès verbaux de la Ligue Languedoc-Roussillon
Procès verbaux de la Ligue Rhône-Alpes Archives de la FFJSN

Archives municipales de Givors

© 2015-2018 - FFJSN.com - Tous droits réservés | Mentions légales

Site internet crée et Offert par : Jus 2' com - Renaud Torgue